Qiu_Jin

Qiu Jin

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Qiu.
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Qiú, précède le nom personnel.
Qiu Jin
Qiu jin.jpg
Qiu Jin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
ShaoxingVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Qiu Jin Tomb (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Ancienne résidence de Qiu Jin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Wang Tingjun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Partis politiques
Qiu Jin

Qiu Jin (chinois : 秋瑾 ; pinyin : Qiú Jǐn), 8 novembre 1875 - 15 juillet 1907, est une poétesse, féministe et révolutionnaire chinoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née au Fujian de parents fonctionnaires originaires de la ville de Shaoxing, elle se marie en 1896. Elle arrive à Pékin pour suivre son mari dans son travail. À 20 ans, elle quitte mari et enfants pour aller s'instruire au Japon.

C'est en 1903 que sa façon de penser évolue, notamment sour l'influence du mouvement des Boxers, réprimé en 1900. À cette époque, pour montrer son ressentiment envers le traitement réservé aux femmes sous la dynastie Qing et son gouvernement, elle s'habille en homme et manie le sabre. Elle prend le surnom d'« ennemie des hommes »[1].

En 1904, pendant ses études, elle se révolte contre les autorités japonaises qui interdisent à tout étudiant des actions allant à l'encontre de la politique du gouvernement. Elle dirige la revue Femmes chinoises (Zhongguo nubao) à Shanghai, qui parait en janvier et février 1907. De retour à Shaoxing, elle occupe le poste d'enseignante dans une des premières écoles destinées aux filles. Depuis la ville de Shaoxing, elle tente de provoquer un coup d'État pour renverser la dynastie des Qing mais cette action se traduit par un échec. Elle est arrêtée avant d'avoir pu lancer sa rébellion armée. Par ordre impérial, elle est condamnée à mort et est décapitée le 15 juillet 1907.

Qiu Jin est une pionnière du mouvement féministe. Elle a compris que les femmes étaient considérées comme des compagnes de lutte des hommes, mais que le combat pour l'émancipation des femmes était omis[1]. Elle milite notamment contre la tradition des pieds bandés[2].

Un monument est érigé en sa mémoire par Sun Zhongshan (1866-1925) en 1913. Ce monument est situé à West Lake, dans le centre historique de la ville de Hangzhou, province chinoise de Zhejiang. De son œuvre littéraire, il ne reste que peu de traces aujourd'hui : seuls six des vingt chapitres de son projet Pierre de l'oiseau (Jingwei shi) furent retrouvés. Cette œuvre est une sorte de chanson en chinois populaire ou familier aussi connu sous le nom de tanci (conte accompagné d'un instrument de musique à cordes). Ce genre musical était surtout utilisé par et pour les femmes. Cette martyre révolutionnaire est devenue une icône en Chine. Cette femme était courageuse et engagée dans un combat qui consistait à montrer à l'empire de Chine que la place destinée aux femmes à cette époque était ignoble, révoltante ou injuste.

  • prénoms sociaux: Xuánqīng (璿卿) et Jìngxióng (競雄)
  • Sobriquet : « La chevalière du lac miroir » (鑑湖女俠 Jiànhú Nǚxiá)

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

En 2011 un film a été produit relatant des faits de sa vie :

En 2016, Wu Tsang relate dans le film Duilian (2016) la relation de Qiu Jin avec son amie, la calligraphe Wu Zhiying[3]. En préparant ce film, Wu Tsang découvre que certains poèmes de Qiu Jin n'ont pas été traduits du chinois. Wu Tsang les fait traduire en anglais et les a réécrits avec boychild, l'actrice qui incarne Qiu Jin dans le film[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Gipoulon, « L'« intellectuel » au féminin : féminisme et révolution en Chine au début du XXe siècle », Extrême-Orient, Extrême-Occident, vol. 4, no 4 « Du lettré à l'intellectuel : la relation au politique »,‎ , p. 159-173 (lire en ligne, consulté le 5 février 2016)
  • Suzanne Bernard, Qiu Jin, féministe, poète et révolutionnaire, Pantin, le Temps des cerises, , 118 p. (ISBN 2841095967, notice BnF no FRBNF40192175, présentation en ligne)
  • Encyclopédie de la Littérature, Le livre de poche, « La Pochothèque », 2e édition, pages : 1303,1304,

Webographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne Kerlan, « Qiu Jin, la révolutionnaire «ennemie des hommes» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2018)
  2. Daniel Paris-Clavel, « Suffragettes en kimono », article paru initialement en février 2016 sous le titre « Suffragettes et jujitsu », Manière de voir no 150, décembre 2016-janvier 2017, p. 52-54.
  3. (en) Arthur Tam, « Artist Wu Tsang on her new film exploring the life of 'China's first feminist', Qiu Jin », sur TimeOut HK, 2015-17-12 (consulté le 4 mars 2017).
  4. (en) Ariela Gittlen, « Wu Tsang Unveils the Queer History of One of China’s Most Famous Poets », Artsy,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
Qiu_Jin
Rate this post