The colors of my mother

Les couleurs de ma mère

La vie et la mort en couleurs par Venise Landry

Extrait de VOIR.CA

Je ne sais pas de quelle nationalité est l’illustratrice, mais elle ose la couleur avec un petit quelque chose d’ailleurs. D’ukrainien, ou je ne sais. En tout cas, j’ai rarement vu une couverture d’album aussi franchement joyeuse et enlevante. Le titre se donne tout entier à cette image forte de la mère toute en couleurs. Il y a de ces idées que l’on aimerait avoir soi-même ; c’est dire alors combien on admire les personnes qui les poussent à bout de bras et de crayons. Jumeler les humeurs d’une mère avec des couleurs franches et généreuses, il n’y avait pas, à mon sens, de meilleure astuce pour concrétiser l’abstrait chez les “5 ans et plus”. C’est ingénieux. S’il y a un comble de l’abstraction pour l’enfant, c’est bien la mort (pour l’adulte aussi !) et Francine Caron l’a apparenté au blanc ; la “blancheur de la mort”. Du coup, cela nous sort du morbide, du deuil tout de noir vêtu. Je n’ai rien contre l’idée d’aborder le départ de notre escale sur terre comme une lumineuse porte de sortie. Pourquoi pas ? Surtout pour les enfants qui expérimentent, tôt ou tard, la mort d’un proche, ne serait-ce que celle de leurs grands-parents. Avant de le donner à ma nièce, comptez sur moi pour le lire en ouvrant grand le cœur et les yeux ! 

Ce tableau nous parle de toute la tendresse d’une mère pour son enfant. La comparer avec un ange gardien m’apparaît légitime, car s’il est un gardien protecteur de l’enfance, c’est bien une mère. L’allusion à la mer tient à l’homonymie entre les mots mère et mer. En fait, la mer est bien la mère de toutes vies sur notre petite planète. Encore là, il y a quelque chose de persan dans l’iconographie de cette image en même temps qu’elle utilise les bleus si aimés de cette culture.

The colors of my mother

Life and death in color by Venice Landry

Extract from VOIR.CA

I do not know what nationality the illustrator is, but she dares to color with a little something else. Ukrainian, or I do not know. In any case, I have rarely seen an album cover so frankly happy and exciting. The title gives itself entirely to this strong image of the mother all in colors. There are some of these ideas that one would like to have oneself; it is to say then how much one admires the people who push them at the end of arms and pencils. To combine the moods of a mother with frank and generous colors, there was, in my opinion, no better trick to concretize the abstract in the “5 years and more”. It’s ingenious. If there is a height of abstraction for the child, it is death (for the adult too!) And Francine Caron has related to white; the “whiteness of death”. Suddenly, it leaves us morbid, mourning all dressed black. I have nothing against the idea of ​​approaching the departure of our stopover on earth as a luminous exit door. Why not ? Especially for children who experience, sooner or later, the death of a loved one, if only that of their grandparents. Before giving it to my niece, count on me to read it by opening your heart and eyes!

This painting tells us about all the tenderness of a mother for her child. To compare it with a guardian angel seems legitimate to me, because if it is a guardian protector of childhood, it is indeed a mother. The reference to the sea is the homonymy between the words mother and sea. In fact, the sea is the mother of all lives on our little planet. Again, there is something Persian in the iconography of this image at the same time as it uses the beloved blues of this culture.

You may also like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *