Annouchka’s Live Speech

BUILDING A BRIDGE BETWEEN EAST AND WEST

My lecture during the vernissage on Sunday, November 17, 2019 at Loongese 

By Annouchka Gravel Galouchko

Credit to Annouchka Gravel Galouchko

This exposition opportunity came spontaneously through a friend musician, Louis Babin , the neighbor and friend of the charming couple , Juan Guan and Guodong Zhang, owners of the new Loongese boutique gallery in Laval.

It has been several years since I had not exhibited my works solo, having partially removed from the world, networks and social media, in order to better reconnect internally. This more interiorized period of life allowed me, among other things, to devote myself more to writing, to my spiritual practice as well as to my old sick mother who died recently.

This exhibition is a golden opportunity for me to find, with a fresh look, the contact with the public and respond to the current of life that calls me.

The enthusiasm of Juan Guan and Guodong Zhang for my work, their recognition of this mysterious and elusive thing emanating from my works, motivated me to go with the exhibition  Building a Bridge. I felt understood beyond the words by this couple from China, as if they both felt my thoughts, my states of being, my limits and my greatness.

Despite the language barrier, our work meetings in  Loongese around the tea but also at home, took place in a peaceful harmony filled with kindness. The times shared together allowed us to get to know each other, to define a sharing of work, to breathe the scent of tea and to savor it in tiny cups. These meetings around tea have proved to be a precious journey unifying spirituality, friendship, career and business. I would also like to warmly thank Sylvie Castonguay, whom we met together and who graciously and efficiently took charge of the communication plan for the event. His presence is a precious asset for us all.

The artist, during her opening, can sometimes be a little stressed, but also tired by the important preparations that required the exhibition. This is how in the past, during my opening, I tended to scatter with some of my guests and lose sight of the reason for all my efforts. Everything around me now, the paintings on the galleries in the gallery, had lost its importance. Many visitors who drunk a few glasses of wine and began to talk about their concerns rather than interested in my approach or simply contemplating what was there under their eyes.

I realize today that I have not always honored my work: its secret life developed alone for many years in the alchemical crucible that is the workshop. I would like to rectify that with you today. I also did not know how to promote myself and be in my business, I dissociated the creativity and the spirituality of the practical life. I hope that the partnership that I am inaugurating today with my new friends will help me to remedy that.

The vernissage,  Building a bridge, this time different in its alcohol-free formula, favors the tasting of different teas that will dispose us to the contemplation of the works. This open-mindedness where we forget ourselves, where we put our personal concerns out of the way, should in the long run allow us a renewal of consciousness.

I would like to share with you a souvenir related to the tea ceremony, also related to Zen Master. I followed for ten years, as a layman, the teachings of Mukiku, Zen Master , at Mukiku Zen Ji Monastery. Zazen (meditation) and samu (physical work) were essential components of the spiritual discipline taught.

The master who generously passed on his precious teachings to us today is dead and his monastery no longer exists as a temple. Despite this, the seeds sown in our hearts grow beyond the disappearance of our teacher.

One day, Mukiku tried to introduce in our zen practices the tea ceremony ( chadô),  Spiritual path that one finds in the Zen, the chan and the Dao (Tao). I was an impulsive young woman and I reacted negatively. This was so. At the end of a meal shared with the monks, Mukiku officially named me the future Mistress of ceremonial tea Sangha! The Way of Tea, he declared, would not happen without me.

I had no desire to learn the complex and rigorous rituals required by the tea ceremony. Learning the technical aspects of the ritual discouraged me. In my head, images of graceful and submissive geishas strolling through the tea rooms, serving the heavily macho masculine, uncomfortably summed up this ritual. I did not understand, at the time, the depth of the Way of Tea that we have not established because of my refusal. This situation brought about by the master remained in me as an unfinished gesture, a creation left in plan.

I felt, a year or two ago, the need to explore the world of the tea ceremony and the awakening through the characters of one of my novels being written. This text will be the continuation of two stories I wrote in 1995,  ”  Shô and water dragons  “, published by Annick-Press and in 2004  ”  The bewitched kites  “ published by Leméac, publisher.

All this to tell you that there is no chance. That my meeting around tea with Juan Guan and Guodong Zhang was inscribed somewhere in the cosmos and had to take shape someday. Especially since the couple who receive us today took part in a tea ceremony at the monastery chan (zen) of Bailin, temple rebuilt in 1988 in northern China.

Daniel Odier , who is a particularly vast Master, was named Chan Master in 2005 at the same Bailin Monastery, by one of the greatest Chinese Chan Masters, one of the heirs of Xu Yun (Empty Cloud) , Master Jin Hui. Jin Hui Sifu passed on  the Zhaozhou lineage to him and gave him the name of Ming Qing Sifu.  The teachings of Daniel Odier are great inspiration for me. He loves my work, recognizing through him an authentic spiritual journey. I illustrated one of his texts that I wear for years in my heart. This is  Letter to Eleonore, a response letter addressed to a seven-year-old girl asking her eight basic questions. How wonderful it would be for this magnificent project to take off one day in the world!

Finally, I finish with this poem that was sent to me by Juan Guan and Guodong Zhang:

Tea Hymn, 

Written by Wuzhu, master T’Chan (Zen) of the Tang Dynasty.

Deep and isolated valleys give birth to divine grass
Bright entrance to the Tao
Gatherers gently grasp the leaves
Whose subtle flavor pours into our bowls
Bringing peace and purity

Detached and effortless
The awakened mind finally realizes mindfulness
Allowing the sublime door of the Dharma to open

This translation is an adaptation in French of my companion Stéphan Daigle

​​Exposition Bâtir un Pont 
Mon topo lors du vernissage du dimanche 17 novembre 2019 à la galerie boutique Loongese 

Cette offre d’exposition m’est parvenue spontanément par l’intermédiaire d’un ami musicien, Louis Babin, voisin et ami du charmant couple, Juan Guan et Guodong Zhang, propriétaires de la nouvelle galerie boutique Loongese à Laval.

Cela faisait plusieurs années que je n’avais pas exposé mes œuvres en solo, m’étant en partie retirée du monde, des réseaux et médias sociaux, dans le but de mieux me reconnecter intérieurement. Cette période de vie plus intériorisée m’a permis, entre autres, de me consacrer davantage à l’écriture, à ma pratique spirituelle ainsi qu’à ma vieille mère malade qui est décédée il y a peu.
Cette exposition est pour moi une occasion en or de retrouver, avec un regard neuf, le contact avec le public et de répondre ainsi au courant de la vie qui m’appelle.

L’enthousiasme de Juan Guan et de Guodong Zhang face à mon travail, leur reconnaissance de ce quelque chose de mystérieux et d’insaisissable émanant de mes œuvres, m’a sérieusement motivée à monter avec eux l’exposition Bâtir un pont. Je me suis sentie comprise au-delà des mots par ce couple originaire de Chine, comme si tous deux ressentaient ma pensée, mes états d’être, mes limites et ma grandeur.

Malgré la barrière linguistique, nos rencontres de travail à Loongese autour du thé mais aussi à la maison, se sont déroulées dans une harmonie paisible remplie de bienveillance. Les moments partagés ensemble nous ont simultanément permis d’apprendre à nous connaître, à définir un partage du travail, à respirer les effluves du thé et à le savourer dans de minuscules petites tasses. Ces rencontres autour du thé se sont révélées pour moi un cheminement précieux unifiant spiritualité, amitié, carrière et affaires. Je voudrais aussi remercier chaleureusement Sylvie Castonguay que nous avons rencontrée ensemble et qui s’est chargée gracieusement et avec grande efficacité du plan de communication de l’événement. Sa présence est un précieux atout pour nous tous.

​L’artiste, durant son vernissage, peut parfois être un peu stressé, mais aussi fatigué par les importants préparatifs qu’a exigés l’exposition. C’est ainsi que par le passé, lors de mes vernissages, j’ai eu tendance à m’éparpiller avec certains de mes hôtes et à perdre ainsi de vue la raison d’être de tous mes efforts. Tout ce qui m’entourait dans l’ici maintenant, soit les tableaux sur les cimaises de la galerie, avait perdu son importance. Nombreux étaient aussi les visiteurs qui ayant bu quelques verres de vin se mettaient à parler de leurs préoccupations plutôt que de s’intéresser à ma démarche ou simplement contempler ce qui était là sous leurs regards.

Je réalise aujourd’hui que je n’ai pas toujours su honorer à sa juste valeur mon travail : sa vie secrète développée en solitaire durant de longues années dans le creuset alchimique qu’est l’atelier. J’aimerais remédier à cela avec vous aujourd’hui. Je n’ai non plus pas su me promouvoir et être à mes affaires, j’avais dissocié la créativité et la spiritualité de la vie pratique. J’espère que le partenariat que j’inaugure aujourd’hui avec mes nouveaux amis m’aidera à remédier à cela. Comme le proverbe

Le vernissage, Bâtir un pont, cette fois-ci différent dans sa formule sans alcool, privilégie la dégustation de différents thés qui nous disposeront à la contemplation des œuvres. Cette ouverture d’esprit où l’on s’oublie soi-même, où l’on met à la porte ses préoccupations personnelles, devrait à la longue nous permettre un renouveau de conscience.

J’aimerais ici partager avec vous un souvenir relié à la cérémonie du thé, en lien aussi avec on Maître Zen. J’ai suivi durant dix ans, en tant que laïque, les enseignements de Mukiku, Maître Zen, au monastère Mukiku Zen Ji. Le zazen (méditation) et le samu (travail physique) étaient les composantes essentielles de la discipline spirituelle enseignée.

Le maître qui nous a transmis généreusement ses précieux enseignements est aujourd’hui décédé et son monastère n’existe plus en tant que temple. Malgré cela, les graines semées dans nos cœurs grandissent au-delà de la disparition de notre enseignant.

Un jour, Mukiku tenta d’instaurer dans nos pratiques zen la cérémonie du thé (chadô), Voie spirituelle que l’on retrouve dans le zen, le chan et le Dao (Tao). J’étais alors une jeune femme impulsive et j’y ai réagi négativement. Cela se passa ainsi. À la fin d’un repas pris en commun avec les moines, Mukiku me nomma officiellement la future Maîtresse de cérémonie de thé à la Sangha! La Voie du thé, déclarait-il, ne se ferait pas sans moi.

Je n’avais aucunement envie d’apprendre les rituels complexes et rigoureux qu’exigeait la cérémonie du thé. L’apprentissage des aspects techniques du rituel me rebutait. Dans ma tête, des images de gracieuses et soumises geishas déambulant dans les salons de thé en servant la gent masculine fortement machiste, résumait fâcheusement ce rituel. Je ne comprenais pas, à l’époque, la profondeur de la Voie du thé que nous n’avons pas d’ailleurs pas établie à cause de mon refus. Cette mise en situation provoquée par le maître est restée en moi comme un geste inachevé, une création laissée en plan.

J’ai ressenti, il y a un an ou deux, le besoin d’explorer l’univers de la cérémonie du thé et de l’éveil à travers les personnages d’un de mes romans en cours d’écriture. Ce texte sera la suite de deux histoires que j’ai écrites en 1995, « Shô et les dragons d’eau », publiée chez Annick-Press et en 2004 « Les cerfs-volants ensorcelés » publié chez Leméac, éditeur.

Tout cela pour vous dire qu’il n’y a pas de hasard. Que ma rencontre autour du thé avec Juan Guan et Guodong Zhang était inscrite quelque part dans le cosmos et devait un jour prendre forme. D’autant plus que le couple qui nous reçoit aujourd’hui a pris part à une cérémonie de thé au monastère chan (zen) de Bailin, temple reconstruit en 1988 dans le nord de la Chine.

Daniel Odier, qui est un Maître au parcours particulièrement vaste, a été nommé Maître chan en 2005 à ce même monastère de Bailin, par l’un des plus grands Maîtres chan chinois, l’un des héritiers de Xu Yun (Nuage Vide), maître Jin Hui. Jin Hui Sifu lui a transmis la lignée de Zhaozhou et lui donné le nom de Ming Qing Sifu. Les enseignements de Daniel Odier sont pour moi une grande inspiration. Il aime mon travail, reconnaissant à travers lui un parcours spirituel authentique. J’ai illustré un de ses textes que je porte depuis des années dans mon cœur. Il s’agit de Lettre à Éléonore, une lettre faite de réponses qui s’adresse à une petite fille de sept ans lui posant huit questions fondamentales. Comme il serait merveilleux que ce magnifique projet prenne un jour son envol dans le monde!

Je termine enfin par ce poème que m’a transmis Juan Guan et Guodong Zhang :

Hymne au thé, 
écrit par Wuzhu, maître T’Chan (Zen) de la dynastie Tang.

Les vallées profondes et isolées enfantent l’herbe divine
Lumineuse entrée dans le Tao
Les cueilleurs y saisissent délicatement les feuilles
Dont la subtile saveur se déverse dans nos bols
Apportant paix et pureté

Détaché et sans effort
L’esprit éveillé réalise enfin la pleine conscience
Permettant à la sublime porte du Dharma de s’entrouvrir

Cette traduction est une adaptation en français de mon compagnon Stéphan Daigle

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *